Octobre - Novembre 2012


ELAIR « Les cheveux de la sirène »

 

Sculpture, Eco-art, haut-reliefs réalisés à partir de collectages sur les écotones marins.



 

Vernissage le 5 octobre à partir de 19H

 

Du 4 au 7 octobre 2012 et du 11 au 14 octobre

Du 1er au 4 novembre et du 8 au 11 novembre

 



Tea-Time du 7 octobre 2012 à 17 h 00

Conférence et visite commentées par Marie Laure Rocher en présence d’un des artistes d’E(co)tone.

« L’Eco-art ou l’art environnemental »

De l’utilisation des déchets et la récupération dans l’art actuel, et l’apparition de l’Eco-Art dans l’ombre du Land-Art.

Les dernières décennies ont été marquées par une surproduction d’objets et d’images et l’émergence d’une conscience chez les artistes de ne rien vouloir rajouter au monde.

Des artistes éco-sensibles, certains militants ainsi que d’autres attirés par la matérialité du déchet et ses symboliques, nous montrent que notre relation au déchet est bien plus complexe, ils interrogent notre rapport au réel, à la mémoire, à notre fétichisme des objets.

Participation libre – réservation conseillée.



Expo 

jusqu'au 1er avril 2018 à Vendôme (41)

Ateliers artistiques

E(co)TONE

Atelier marionnete Einat Landais

  14 et 15 avril 2018 à Vendôme (41)

Dessin méditatif

Samedi 24 mars 2018 Vendôme (41)

Actualités des Artistes

E(co)TONE

Actualités partenaires

 E(co)TONE 

E(co)TONE sur le Petit Vendômois TV

190 bis Faubourg Chartrain

41100 Vendôme

Téléphone : (33) 6 86 40 67 13

 

Venir à E(co)TONE

Nos heures d'ouverture

En entrée Libre:

Dans les dates d'exposition

Les samedi et dimanche

de 15h à 18h

ou sur rendez-vous

Accessibilité :

Vous êtes

à avoir visité notre site

Merci

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Ecotone atelier galerie d'art actuel

Site créé avec 1&1 MyWebsite

Avertissement : Le contenu de ce site Internet est protégé par le droit d'auteur. Toute reproduction est interdite.

Warning: The content of this web site is copyrighted. Any reproduction is strictly forbidden.

Mise en page par Bruno Bompas